Logo Felix Le Dantec
Hervé Beurel, repérage pour la série "Collection publique".

Texte de Annaëlle Le Gland et Khaleb Dabakuyo : Quand le quotidien devient art.

L’artiste Hervé Beurel a présenté sa démarche plastique aux élèves de l’option arts plastiques et aux élèves de seconde générale. A la suite de cette rencontre, les élèves de Madame Bonnefon, en cours de français, ont rédigé un portrait de l’artiste sur le modèle du portrait journalistique. En voici un exemple :

Le mardi 5 novembre 2013, les élèves de la classe de seconde 6 ont eu la chance de rencontrer le plasticien Hervé Beurel qui sera en résidence d’artiste au lycée, au courant du deuxième trimestre. Une rencontre organisée et accompagnée par Mme Bonnefon, leur professeur principal qui tient à l’éveil artistique de ses élèves.

Un artiste marginal. Hervé Beurel est un plasticien qui manifeste son art par l’intermédiaire de la cinématographie, de la photographie, et du dessin. Né en 1960, il a obtenu son DNSEP (diplôme national supérieur d’expression plastique) à l’école des Beaux-Arts de Lorient. Il vit et travaille à Rennes. M. Beurel s’inspire de la tradition photographique allemande (le couple Becher) et américaine (Walker Evans) ainsi que des artistes appartenant à l’école de Düsseldorf. Il fait de son travail une recherche de l’objectivité, via des figures présentes dans le quotidien de tous. Contrairement aux artistes de son époque, il ne recherche pas l’originalité, la photographie de l’extraordinaire, mais s’intéresse plutôt à l’ordinaire, au banal, à ces objets de notre quotidien qu’on ne remarque même plus tant ils sont courants.

« Ça m’intéresse de partir de choses ordinaires, banales, des choses qu’on ne regarde pas, qu’on ne voit pas. » L’artiste nous a présenté un aperçu de ses œuvres qu’il qualifie de banales.

Hervé Beurel, Secteur, 1996. Cinq photographies noir et blanc, 56 x 64 cm chaque.
Hervé Beurel, Secteur, 1996. Cinq photographies noir et blanc, 56 x 64 cm chaque.
Hervé Beurel, Carrosserie panoramique, 1996. 20 photographies, tirages lambda sur aluminium, 35 x 65 cm, Collection du Conseil Général des Côtes d'Armor.
Hervé Beurel, Carrosserie panoramique, 1996. 20 photographies, tirages lambda sur aluminium, 35 x 65 cm, Collection du Conseil Général des Côtes d'Armor.

Ces détails de carrosserie de voitures ont été photographiés à Lannion. Cette œuvre est l’une de ses premières en couleur, elle est très intéressante car la simplicité de ce qu’elle représente peut être trompeuse. En effet, certaines personnes voient des couchers de soleil mais sont loin de s’imaginer qu’il s’agit de carrosseries de voitures de couleurs différentes. Ce travail peut être également associé à un nuancier de peintures industrielles. Avant cela, il développait lui-même ses photos en noir et blanc et effectuait un travail de dessin, en ne révélant qu’une partie des photographies.

« Au gré des promenades… » Hervé Beurel nous a également fait part de ses photographies d’œuvres d’artistes inconnus, anonymes, prises dans la rue, et qui deviennent les siennes dès lors qu’il les prend en photo, au gré de ses promenades, loin des circuits touristiques, dans des quartiers peu fréquentés. Il s’intéresse aux versions simplifiées de l‘art moderne et à l’architecture des grands ensembles.

Hervé Beurel, repérage pour la série "Collection publique".
Hervé Beurel, repérage pour la série "Collection publique".

« L’art, c’est regarder une seconde fois » Regarder autrement pour mieux voir, c’est ce qu’Hervé Beurel cherche à nous apprendre, pour que notre quotidien devienne art…