Logo Felix Le Dantec

atelier : les formes plastiques de la collection

2016 – résidence à Lannion au Lycée Le Dantec. Anabelle Hulaut / Sam Moore. Enseignante d’Arts Plastiques : Marie-Line Nicol. Partenariat avec la Galerie du Dourven

Anabelle Hulaut a proposé aux élèves d’expérimenter les formes plastiques de la collection, une pratique récurrente dans son œuvre. Chaque élève a reçu un carnet à dessin afin de prendre des notes, dessiner pendant et hors des cours, tout au long du processus de leurs projets. Les élèves ont choisi des objets évoquant pour eux l’idée de collection ; un souvenir, une connexion…

Propositions de quelques élèves :

– Julien : une gomme, prise au hasard dans une trousse et qui chez certains écoliers a pu faire un jour l’objet d’une mini-collection. Sa pratique est surtout orientée vers l’infographie. Pourquoi ne pas utiliser l’outil gomme des logiciels de création ? julien-texte-collection julien-diapo

– Lélia : des étiquettes de fruit, récupérées parfois même sans avoir acheté les fruits. L’élève les classe dans un carnet et se fait aider dans ses recherches par des proches (dimension participative). Une invitation au voyage. Cependant, l’élève s’étonne de sa démarche qui la renvoie à se poser la question de la valeur réelle de sa collection par rapport à sa faible valeur pécuniaire. lelia-texte-collection

lelia-carnet
lelia-carnet

– Emilie : des breloques pour faire des bijoux avec différents motifs. Des formes autonomes mais liées à leur fonction (potentiel en devenir). Une collection systématiquement mouvante liée aux usages. emilie-breloques-texte emilie-film-breloques

– Pauline : des pièces de monnaies anciennes ou étrangères, rangées dans un vieux porte-monnaie. Cette collection s’étoffe avec les voyages. Elle s’est constituée dès l’origine par la réappropriation d’une collection familiale. pauline-collection-pieces

– Killian : collection de gants dépareillés qui s’accumulent et qu’on n’ose pas jeter. L’objet en lui-même est secondaire, il aimerait les transformer. killian-gants

– Lina : une bouteille de soda (Arizona). Les décors des différents parfums, différents formats. Collection par mimésis, elle copie sa sœur. La bouteille est associée à des moments privilégiés entre amis. lina-autoportrait

– Soléane : des clés. Elle-même ne possède pas de collection propre ; les nombreuses collections des autres membres de sa famille en sont la cause. Elle recherchait quelque chose de facile à transporter. L’originalité de la forme des clés et leur relative ancienneté va permettre de sélectionner parmi les clés, celles à valoriser. soleane-attrape-songe

– Valentine : des objets prélevés sur la plage. Liés à des balades. Des découvertes aléatoires sans idées préconçues mais un choix déterminé par des critères esthétiques. Un projet autour du journal intime, collection de moments. Elle s’engage à multiplier les balades sur la plage pendant les vacances et à documenter ces moments en notant ses impressions. valentine-collecte-du-jour

valentine-collecte-du-jour
valentine-collecte-du-jour

– Efflam : des porte-clefs, des déodorants, l’idée du packaging, des étiquettes de vêtements (les conserver pour les retrouver plus tard, l’idée de la capsule témoin), pièces de la Monnaie de Paris.

efflam-collection-couleur-motifs
efflam-collection-couleur-motifs

efflam-texte-collection

– Alice : des collections insoupçonnées, des citations, des dessins quotidiens entre réel et fiction. Des livres, post-it gribouillis, associations d’objets. alice-collection de dessins alice-dessins-2

– Alizée accumule des collections de toutes sortes. Même des listes (choses à faire et qu’elle ne fait jamais…). Imagine un travail sur l’objet carnet comme forme plastique. Des listes dans le carnet. alizee-collection-texte

– Tiphaine : tiphaine-ecrit tiphaine-ecrit2 tiphaine-photo

– Tatiana : tatiana-monde-secret tatiana-monde-secret-croquis

tatiana-carte
tatiana-carte

– Capucine : capucine-chevaux

capucine-linogravures
capucine-linogravures

– Mahycko : Mahycko-Texte

– Paul : paul-texte

Qu’est-ce qu’une collection ? La collection à l’origine d’un processus dont on ne peut imaginer les formes plastiques qu’il prendra.

  1. Choix d’un « objet ». Qu’implique-t-il comme réseau de réflexions ?

– Etablir un lexique de synonymes du mot collection et des formes plastiques issues de collections : l’artiste en collectionneur 

– Photographier les objets. Se filmer en les manipulant, identifier les gestes

– Rédiger la définition de l’objet choisi pour initier cette collection

– Effectuer plusieurs dessins de cet objet : contours, couleurs, matières, angles de vue…Formes, lignes, couleurs, textures

Observation des dessins : centrés, prennent appui sur les bords, inscrits dans une forme… Au feutre, au stylo, une seule ligne sans effacer… La vitesse d’exécution : le mouvement crée la ligne

  1. Linogravures : emblèmes de la collection. Le travail de dessin sur les plaques de lino est à penser avec le plein et le vide ; négatif et positif ; forme et contre-forme.  Avant de passer à la presse, encres …  Il faut faire le travail de découpe, en inversion – enlever la partie qu’on ne veut pas voir, il y a donc tout un travail de l’épaisseur du trait à prévoir … Lignes et profondeur linogravures, atelier la collection, 2016  linogravures, atelier la collection, 2016

    linogravures, atelier la collection, 2016
    linogravures, atelier la collection, 2016
  1. Références sollicitées par les démarches des élèves : formes plastiques de la collection, artistes-et-collection-diapos
    références atelier la collection
    références atelier la collection, 2016

    Atelier la collection, 2016
    références atelier la collection, 2016

+ Issey Miyake, culture du pliage, du papier au tissu, vêtements aux plis avec impressions évoquant le tatouage.

  1. Evaluation du processus : Expérimenter (dessins, linogravures, mises en scène et photographies) : nombre et qualités. S’organiser et faire des choix (carnet de bord). Argumenter. Mode de présentation de l’ensemble du processus.
  1. Fin de l’atelier, bilan par les élèves : « Le processus artistique est un cheminement. Le processus est lié à l’univers personnel de chacun. Les expérimentations parfois s’agrègent en fin de processus de manière imprévisible. Plusieurs techniques ont été impliquées dont la linogravure. Ce processus n’a pas de fin ; il ne prend pas fin avec une production finale. – La question de la finalité de l’art a été évoquée : la complexité de l’artistique. »

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer