Logo Felix Le Dantec
Quentin Bernard en résidence au lycée novembre-décembre 2019

Quentin Bernard documentariste en résidence au Lycée Félix Le Dantec à Lannion. Titre du projet : « Captez une parole »

Ces 6 dernières semaines de novembre et décembre 2019, le réalisateur Quentin Bernard était en résidence au Lycée Félix Le Dantec à Lannion. Il a rencontré les 32 lycéen·nes en Seconde Option Arts-Plastiques.
Cette résidence a été soutenue par la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) – Bretagne, ainsi que par le dispositif Karta au Lycée Félix Le Dantec.

Un programme chargé sur une courte période

Pendant 6 semaines, à raison de 2h par semaine avec l’artiste les mardis et une heure les jeudis avec leur enseignante, les 32 lycéen-nes ont découvert le cinéma documentaire de Quentin Bernard. Ils ont pu voir et étudier deux de ses films.

Novembre 2019 Quentin Bernard se présente aux élèves

Enquête familiale en pays limitrophe, 2012-2014, tourné avec un réflex (un boîtier avec un capteur grand format).
(Documentaire, HD, 16/9, 45 min.) Mention Spéciale du jury – Festival du Film de Famille 2014, Saint-Ouen. Prix des Parrains – Festival International du Documentaire Étudiant 2014, Saint-Ouen Compétition internationale des films étudiants – Festival des Films du Monde (FFM) 2014, Montréal.

L’échange avec les élèves a abordé les points suivants : la relation entre l’Histoire et l’histoire familiale entre un petit-fils et son grand-père ; la lenteur de l’enquête (filmer des documents), des rencontres afin de laisser advenir la parole du grand-père ( et pourtant temps réel encore plus lent, 2 heures de discussion dont 15 minutes sont gardées) ; le courage de dévoiler une histoire intime ; le caractère émouvant des confidences du grand-père ; les modalités d’adresse de l’un à l’autre ; le grand-père n’ose pas imaginer que son père ait pu être condamnable pour ses actes : « la collaboration était obligatoire ». Il nie la réalité de l’histoire de son père alors qu’il est honnête quant à son propre vécu durant la guerre d’Algérie ; assumer une présence de la caméra et du preneur de son implique la confiance de l’interviewé.

Odette au printemps, 2017, https://vimeo.com/235373861 (Documentaire, Atelier « Portraits de Mellionnec », prod. Ty Films, 14 min.) réalisé en deux semaines avec un téléphone portable. L’échange avec les élèves a abordé les points suivants : les flous filmés à travers des filtres de plexiglas ; recherche de textures d’images ; différents tableaux ; la dimension de conte avec un manteau rouge qui contraste avec le vert ; territoire de son enfance ; le « château de sa grand-mère ».

Vendanger fatigue, (Fiction courte en développement en 2019), Aide à l’écriture Région Grand Est, Aide de la DRAC Grand Est, soutien de l’Office pour la Langue et la Culture d’Alsace. Ce film en cours de réalisation, a été l’occasion de réfléchir à la manière de filmer le mouvement. Cette fiction adopte la forme du documentaire : les moments d’hésitation de l’actrice accentuent l’aspect documentaire ; les orientations du micro directionnel semblent hésitantes ; on n’entend que les voix et aucun son du paysage.

L’incitation « Captez une parole » est à l’origine de la pratique et la réalisation des films d’ateliers des élèves ; les élèves ont abordé la lecture des images et des sons, expérimenté la prise de vue et de son, le montage et utilisé du matériel professionnel.

matériel de la résidence de Quentin Bernard
matériel de la résidence de Quentin Bernard

Nombreux sont les artistes plasticiens qui se sont intéressés à la mise en scène de la parole. Les références d’artistes plasticiens montrées en fin d’atelier sont très diverses : Pierrick Sorin, Pierrick et Jean-Loup, 1994, autofilmages et voix off pour la télévision française, série des “Pierrick et Jean-Loup” où, toujours en ne filmant que lui-même, il s’invente un double, son “frère” Jean-Loup avec lequel il commet quelques gags relevant autant du cinéma burlesque que de la critique sociale et culturelle ; Germain Huby, Germain fait sa télé, l’artiste s’amuse à rejouer des émissions TV dans sa cuisine en gardant la bande son originale de l’émission rejouée ; William Kentridge, Notes towards a Model Opera, 2015, interroge l’art révolutionnaire et la manière dont toute cette histoire a retenti en Afrique du Sud (La Commune de Paris, L’Internationnale, la révolution culturelle en Chine, les années 60… : ce film d’animation conjugue différents supports tels dessins, photographies, cartes géographiques, textes, films de danseurs… ; Rithy Panh, L’Image manquante, 2013, reconstitue en scénettes sculptées les images qui lui manquent de son enfance ; Jeremy Deller, The Battle of Orgreave, 2001, reconstitue, avec un metteur en scène du cinéma spécialiste des scènes de bataille, le dénouement d’un conflit social qui a opposé en 1984 les forces de l’ordre et l’armée anglaise aux mineurs en grève de la région du Yorshire ; Pierre Huyghe, Blanche-Neige-Lucie, 1997, donne la parole à Lucie Dolène, voix française de Blanche-Neige, qui se défend contre l’usage qui a été fait de sa voix. Elle est filmée sur un lieu de tournage, pour lier sa voix/parole et sa voix/outil de travail.

Pour Quentin Bernard, cette résidence lui aura permis de transmettre sa passion et les multiples facettes de son métier.

décembre 2019 fin de la résidence avec Quentin Bernard
décembre 2019 fin de la résidence avec Quentin Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *