Logo Felix Le Dantec

210401 R11J85 Poisson d’a(rt)vril ?

De quoi s’agit-il ? Petite blague potache entre ami.e.s ? Acte malveillant de dégradation ? Appropriation et détournement d’une oeuvre réalisée elle-même à partir du même principe de détournement ?

Il ne faut pas juger. Toute action est agir sur et dans le monde, il faut préférer cela à la passivité, à la docilité, à l’indifférence.

D’autres oeuvres ont été dégradées, mais très peu lorsque l’on sait que ces affichages ont commencé début février. Comme me le confiait une enseignante ailleurs : « dans mon lycée, ça n’aurait pas tenu vingt-quatre heures ! » La plupart de mes créations affichées dans les couloirs et autres lieux de vie du lycée, sont intacts depuis deux mois. Je remercie donc toutes celles et tous ceux qui respectent mon travail…

Mais ne sont-elles pas tentantes ces affiches qui prétendent être de l’art contemporain (« content pour rien », comme je l’entends régulièrement depuis que je me suis engagé professionnellement dans la voie artistique) et qui s’exposent au double sens du terme : exposer et s’exposer ? Ce que je fais en toute conscience, avec volontarisme et passion, exigence et rigueur, en essayant de ne pas perdre le sens de l’autodérision, avec peut-être également une part d’innocence, au sens de celui qui découvre le monde (l’enfant) ou qui le perçoit autrement (le fou). Je crois que l’artiste est un peu de ces deux-là…

Alors de quoi s’agit-il ? Analysons, contextualisons… et rencontrons-nous !

Je suis artiste plasticien invité en résidence à l’initiative de l’enseignante en Arts plastiques du Lycée. Un plasticien n’est pas une personne qui fabrique du plastique (beaucoup le croient encore) mais qui crée des formes. « Plastique » est, comme beaucoup de mots de notre langue, polysémique, mais lorsqu’il est associé à l’art, et donc aux arts plastiques, il se définit comme ce qui est représenté par des formes et des volumes. Pour en savoir davantage, je vous invite à lire les différents sens qu’en donne le CNRTL centre national de ressources textuelles et lexicales (créé en 2005 par le CNRS : https://www.cnrtl.fr/definition/plastique). Par exemple, on dit que le fonctionnement de notre cerveau est « plastique ». D’après la journaliste scientifique Marie-Céline Ray, « la plasticité cérébrale décrit la capacité du cerveau à remodeler ses connexions en fonction de l’environnement et des expériences vécues par l’individu. »

Représentation, forme, modelage, nous y sommes. Encore faut-il y donner du sens…

La création artistique en arts plastiques donne à voir et à penser des représentations de nous -mêmes et de ce qui nous environne avec une diversité d’approches remarquable, il suffit pour cela de fréquenter régulièrement les artistes et les lieux d’art pour le comprendre, qu’ils soient institutionnels (centre d’art, musée, collection, artothèque…) ou privés (galerie, fondation, collection…), ou encore administrés par des artistes ou des amateurs d’art au sein de structures associatives.

Ma démarche de création ne vient pas de nulle part, elle hérite de celles d’illustres prédécesseurs qui ont ouvert des brèches, parfois immenses, dans le conformisme politique, social et artistique de leurs temps. Le plus important selon moi est Marcel Duchamp, un artiste français qui réalisa l’acte le plus iconoclaste de l’histoire de l’art, à savoir désacraliser l’art en affirmant qu’un simple objet manufacturé pouvait devenir une oeuvre à la suite d’un déplacement par un artiste (appropriation, détournement, décontextualisation) de l’espace profane (le magasin qui vend des produits consommables) à l’espace sacré (la galerie ou le musée qui présentent des oeuvres d’art). Nous sommes en 1913, Duchamp monte une roue de bicyclette sur un tabouret et réalise sa première oeuvre d’une série qu’il nommera « ready-made ». En associant ces deux objets industriels, l’artiste bouleverse la conception des œuvres d’art. Tout comme Léonard de Vinci (1452-1519) disant bien avant lui que l’art est une chose mentale (« la pittura è mentale »), Marcel Duchamp affirme que l’art est en premier lieu une création de l’esprit. L’objet en lui-même n’est pas le plus important, c’est l’idée qui prévaut.

Je vous invite à regarder cette vidéo de 2 minutes réalisée par le Centre Pompidou : https://youtu.be/KKDgFpSkj6I

Je viens donc de là. Marcel Duchamp est en quelque sorte mon père artistique. Mais je ne découvris cet aïeul que tardivement car ma première et véritable interrogation sur l’art vient en vérité de plus loin, de l’enfance, lorsqu’à la suite de l’acquisition parentale d’une Encyclopédie de l’Art, je fus stupéfait par une peinture abstraite de Kasimir Malevitch (1878-1935), moi qui dessinait et peignait déjà depuis longtemps… Je devais avoir 11-12 ans, et je me souviens assez précisément de ce que je me suis alors dit, à savoir à peu près ceci : « si c’est dans une encyclopédie de l’art, c’est que c’est important. Mais pourquoi est-ce si important ? » Je ne sais ce qui m’a poussé à en savoir davantage sur ce que je ne comprenais pas, je sais seulement que j’éprouvais le besoin de comprendre puis de partager avec jubilation cette connaissance avec d’autres… Je viens de là, de ce « grand-père » russe et de ce « père » français qui, chacun à leur manière, ont révolutionné l’art de leur temps. Je pourrais citer quelques autres artistes fondateurs pour moi, et encore beaucoup d’autres qui stimulent mon désir et mon intelligence, mais ces deux piliers-là suffisent bien dans un premier temps. Ma démarche personnelle et artistique viennent de là, de ce besoin de comprendre pour me faire une opinion, pour ne pas juger sans savoir, et pour la partager, ce que je fais par l’entremise de la création artistique depuis toujours…

Chers vous qui avez fait cela ! Chers élèves (ou toute autre personne) qui vous êtes amusés à vous approprier mon travail – car c’est un travail qui prend beaucoup de temps, si je ne vous juge pas, j’aimerais cependant bien comprendre ce qui vous motive. Ça vous dirait que l’on en discute et, pourquoi pas, que l’on crée ensemble ?

Vous pouvez me contacter en écrivant par email à yuricardinal@orange.fr ou bien en venant directement à ma rencontre dans la salle où je travaille au CDI les jeudis et vendredis. Soyez les bienvenu.e.s !

Après
Avant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *