Logo Felix Le Dantec

210617 R18J162 Interventions in situ 27 / Poésies iconiques d’après arrêts sur flux.

Dernières interventions dans les couloirs des bâtiments où se déroulent les examens de fin d’année des lycéens. 25 poésies iconiques qui, je l’espère, permettront aux élèves et aux personnels de surveillance d’échapper un peu au stress pour les premiers, à l’ennui pour les seconds.

Ce que je nomme « poésie iconique » consiste en un détournement plastique, poétique et sémantique des images publiées par les réseaux auxquels je suis abonné à partir de mon compte Twitter @yuricardinal.

            « Les œuvres s’appropriant des représentations spectaculaires issues de la culture quotidienne placent           leurs spectateurs face à des typologies d’images connues mais qui, là, n’ont pas d’objectif ou de          message clairs, et sont bien plus ambiguës que celles faites pour divertir ou pour vendre un produit. […]             Elles convoquent volontairement les affects pour mieux en brouiller les intentions ». François Aubart,            « De la frustration comme outil critique, ou : les désirs coupables de l’appropriation », in Les artistes     iconographes, Garance Chabert et Aurélien Mole, p. 264, 2020.

Ce que je nomme « arrêt sur flux », en référence à l’« arrêt sur image » au cinéma, correspond concrètement à une capture d’écran du flux d’informations du réseau social Twitter au moment où j’y diffuse moi-même quelque chose (une citation, une création, etc.).

Arrêter le flux, c’est également prendre le temps, le figer en un acte de résistance au torrent de tweets, défilement véloce et inépuisable de news dont il est matériellement et temporellement très difficile d’en vérifier les sources et la véracité. Arrêter le flux, ne pas se laisser emporter par lui, c’est déjà dire « non », c’est déjà penser.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.